www.films-auteur.fr

Cinéma d auteur

JE NE SUIS PAS MORT de Mehdi Ben Attia

 

 

 

MORTEL TRANSFERT

 

par Bertrand Bichaud

 

2/5 ON AIME BIEN

 

Yacine est étudiant à Science-po. Sérieux et travailleur, il assure un job de livreur après ses cours pour payer le loyer de son studio, dans lequel il héberge son frère. L’un de ses profs, un écrivain au carnet d’adresse prestigieux, lui apporte de manière inattendue un soutien bienvenu. Un stage à l’Elysée se profile, une opportunité inespérée pour cet étudiant d’un milieu modeste.

 

21014800_20130624124637732.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

Le réalisateur, lui-même étudiant en économie et en science politique avant de se lancer dans le cinéma, signe ici son deuxième film après « Le fil » en 2010 avec Claudia Cardinale. Il reconnaît pour ce nouveau long métrage l’influence marquée d’André Téchiné, pour le quel il collabora sur plusieurs films : « Téchiné m’a appris la nécessité de faire constamment avancer l’histoire. (...) Si une réplique ne fait rien avancer, il faut la virer, même si elle est belle. (...) Nous avons aussi en commun le goût de faire se rencontrer des mondes, une manière de prendre des personnages dans des milieux très différents et d’organiser la confrontation. »

 

21014803_20130624124638279.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

À la fois thriller psychologique, aux postulats fantastiques, le film s’immisce avec une évidente satisfaction sur le terrain de la satire sociale. Mais cette diversité et multiplicité de traitement alourdissent l’histoire. Le récit, pour faire accepter sa dimension fantastique, aurait sans nul doute dû privilégier davantage d’unité et de sobriété.

 

21014801_20130624124637919.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

  

Énigmatique et gonflé, le film assume avec constance un parti pris scénaristique pour le moins courageux. Particulièrement bien interprétée par un casting judicieux impeccable, l’histoire peine pourtant à maintenir l’attention sur la longueur. Son principe même s'essouffle, et le risque qu'il développe se confirme : Une fin de film à laquelle on rechigne à adhérer, finalement tout autant (rétrospectivement) qu’à l’histoire dans son ensemble. Pourtant, il reste de cette "expérience" cinématographique une impression troublante, enrichissante et assez attachante. Mehdi Ben Attia est un réalisateur qui donne méchamment envie de le suivre pour ses projets futurs.

 

21014798_20130624124551604.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg


 

 

 

 



11/08/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 150 autres membres