www.films-auteur.fr

Cinéma d auteur

FRANCES HA de Noah Baumbach

 

 

 

FRANCES HA HA HA

 

par Bertrand Bichaud

 

3/5 ON AIME BEAUCOUP

 

 

Frances vit à New York, elle a 27 ans et rêve (quand elle sera grande...) d’être chorégraphe. En co-location avec sa meilleure amie, elles vivent “comme deux lesbiennes qui ne coucheraient plus ensemble” selon leurs propres dires.

 


 

“Frances Ha” a tous les ingrédients nécessaires pour réaliser la recette classique du film indépendant US: L’indispensable choix du noir et blanc, un décors branchouille fait de lofts new yorkais, un environnement artistique (ici la danse), des aléas (et allées venues) sentimentaux, un scénario structuré au millimètre dans sa soi-disante destructure et des dialogues naturalistes péchus et ironiques.

 


 

La liste pourrait être longue, et toutes les cases cochées tant “Frances Ha” répond à l’intégralité des items du genre. Et pourtant, ça marche ! Et à merveille,  ne tombant jamais dans la caricarture de son genre, le film conserve une finesse d’application et une réelle bonne foi dans sa volonté de joliment faire. Bien que l’on en connaisse tous les ressorts, le principe arrive perpétuellement à surprendre. Là est la magie de “Frances Ha”. Et puis, il y a le personnage principal Frances, particulièrement bien écrit et formidablement interprété par une Greta Gerwig aussi énervante par moment que touchante et irrésistible le reste du temps.

 


 

Frances est continuellement  sur le mode de l’humour, parfois un peu forcé, comme une règle de vie. Sa vision de l’amour (d’un tendre idéalisme) la rend “incasable”. Spontanée, sensible, elle conserve son mal être sans le laisser s’exprimer en société. Jamais malveillante envers son entourage, elle sait aussi mettre de côté sa susceptibilité, quand à un dîner, une femme lui dit qu’elle a un visage beaucoup plus vieux que son âge, alors que son comportement lui, pourrait laisser croire qu’elle est bien plus jeune. Sa bonne humeur est sincère même si elle apparaît souvent en forme de politesse face à sa mélancolie latente.

 

 


  

Hyper Allenien (Greta Gerwig jouait dans “To Rome in love”...), “Frances Ha” est rafraichissant, pétillant. Un film sur l’incapacité d’une génération à devenir adulte. Drôle en permanence, charmant et extrêment attachant. Un joli film sur une tentative de résistance face à l’irrémédiable évanescence des joies et insouciances de l’enfance.

 

 



 



04/07/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 150 autres membres