www.films-auteur.fr

Cinéma d auteur

CETTE SEMAINE A LA TELE/ Du 1 au 7 avril 2013

 

HD1/ LUNDI 1 AVRIL A 20H50: 

QUE LA BETE MEURE 

  

BETE ET MECHANT 

Un an avant que Chabrol ne tourne « Le boucher », c’est un rôle non moins terrifiant d'immonde personnage qu’il offre à Jean Yanne. Celui d’un chauffard qui prend la fuite après avoir renversé mortellement un jeune garçon. Son père, Michel Duchaussoy va tout faire pour retrouver ce meurtrier et assouvir sa volonté de vengeance. Un très grand Chabrol de sa meilleure époque. 

  


 

  

 

 

 

 

 

 

 

ARTE/ MERCREDI 3 AVRIL A 20h50 

WHATEVER WORKS 

 

LA MELODY DU BONHEUR 

Boris est un brillant physicien (misanthrope), ayant raté son mariage (dépressif) et vivant seul (maniaque)… Un beau soir, une jeune fugueuse, Melody, assise devant sa porte va bouleverser sa vie, et la vision qu’il en a (de sa vie…). Bref du Woody comme on l’aime ! La cuvée 2009, qui aussi subjectif que nous soyons envers ce cinéaste, se trouve être l’une des plus drôles et intelligentes de ses créations de ces 10 dernières années. 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

D8/ JEUDI 4 AVRIL A 20h50 

LES FRERES GRIMM 

 

DAMON FOR EVER 

Terry Gilliam revisite la vie des célèbres écrivains en les faisant évoluer dans son univers, toujours aussi fantasque et féerique. Un semi-échec à sa sortie malgré un alléchant casting : Matt Damon et Monica Bellucci pour ne citer qu’eux. Un délice aux milles saveurs pour les amateurs de Gilliam, les autres passeront leur chemin de peur d’indigestion visuelle et scénaristique… 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

CINE CINEMA STAR/ VENDREDI 5 AVRIL A 21h15 

HONKYTONK MAN 

 

QUAND J’ETAIS CHANTEUR 

Road movie de Clint Eastwood se mettant en scène dans le rôle d’un chanteur de country sur le retour. Et première collaboration entre le père (Clint) et son fiston (Kyle).Film trop méconnu et complètement sous estimé, touchant et juste. 

 


 

  

 

 

 

 

 

 

 

D8/ DIMANCHE 7 AVRIL A 22h45 

ORANGE MECANIQUE  

 

ORANGE SANGUINE 

Kubrick en 1971 réalise ce film devenu aussitôt culte, adaptation du roman d'Antony Burgess. Bien avant Haneke, le thème de la violence est "autopsié" ici avec provocation et lyrisme. Avant-gardiste et dérangeante, cette orange reste à ce jour toujours aussi vitaminée et acide. Alors, pas de quartier, on déguste avec délectation ce film horriblement talentueux. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



26/03/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 150 autres membres